SUITE NORDIQUE, comme une musique

EXPOSITION DE L’ARTISTE HÉLÈNE GOULET

Salle multifonctionnelle, du 24 juin au 17 juillet 2022

Mont rouge VIII (© Hélène Goulet/SOCAN)

SUITE NORDIQUE, comme une musique

«… Hélène Goulet explore l’expérience
de la nature nordique, sublimée
vers l’abstraction… ».
André Seleanu, journaliste et critique d’art

Au cours des années ’80, nouvellement venue dans une belle région située au Coeur du Québec, les Bois-Francs, Hélène Goulet y découvre la grande nature, ses reliefs, ses étendues et ses vibrantes et accrocheuses images. Ces espaces vivants et saisissants l’ont fascinée et ont été le déclencheur qui servit de trame à sa création. Conséquemment, les explorations et les jeux plastiques qu’elle imagine et qu’elle élabore relèvent de son esprit créatif et d’une complicité avec la nature.

Cette terre mère québécoise et sa magnificence provenant de différentes régions sont ressenties chez elle comme une offrande qui se laisse reconfigurer sous de multiples angles et définitions.

C’est alors que ses séries, telles les chaises, les mers et monts, les terres inédites, la Coste du nord, les îles et récemment les monts rouges servent d’ancrage à son intériorité et à sa réalité et surtout d’élans à renouveler l’espace, tout en tentant de faire ressortir une certaine musicalité des lieux et des choses.

Voici un court énoncé écrit en date de 1986 :

J’invente mes lieux
Ces paysages imaginaires ou réinventés faits de quelques taches
Le sol, le relief, les végétaux, l’espace
Tous ces éléments qui me touchent
Ma recherche plastique et ces éléments de la nature
Ce mélange heureux vivant de mon enthousiasme et de mon émotion
Les surfaces chantées, les petits traits qui accompagnent le mouvement,
l’accentuent
La musique…

Mes tonalités
Ma toile.

HÉLÈNE GOULET – Résumé biographique

Née à Québec, Hélène Goulet poursuit son travail en création à Mont Saint-Hilaire. Elle a fait ses études à l’École des Beaux-arts de Québec, a obtenu une licence d’enseignement des arts de la Faculté des sciences de l’éducation de l’Université Laval et un baccalauréat en arts visuels de l’UQÀM. Boursière en peinture, volet soutien à la création, du Ministère des Affaires culturelles du Québec, en 1992, elle le fut également en peinture sur verre, en 1989. Maîtrisant aussi la composition en vitrail, elle réalisa la même année des verrières au Centre de création Parminou, à Victoriaville, dans le cadre de la Politique d’intégration des arts à l’architecture et à l’environnement.

Elle présenta des expositions solo dans de nombreuses institutions et centres d’art au Québec, participa en 2019 à la 1ère édition du Festival d’art sacré, Le chant de la terre aux étoiles, à Senlis, en France et elle prit part à un grand nombre d’expositions collectives au Québec et en Ontario, en Europe et au Japon. Au mois d’août prochain, elle présentera une exposition solo à la Maison Paul-Émile Borduas, à Mont Saint-Hilaire.

Honorée par quelques prix dont un Prix peinture du Musée des Beaux-arts de Mont Saint-Hilaire, en 2007, celui d’Excellence en arts visuels décerné par la Chambre de commerce et d’industrie de l’Est de l’Île de Montréal, en 2002. Elle reçut aussi celui d’Excellence en dessin à la 1ère édition de l’Exposition internationale d’art miniature de Ville-Marie, au Témiscamingue, en 1992. Ses oeuvres font partie de collections publiques, corporatives et privées et elle est représentée par la Galerie d’Arts contemporains et la Galerie Cazeault, de Montréal.

Vous pouvez visionner l’entrevue « Dialogique » du Professeur Norman Cornett avec l’artiste publiée le 22 mai 2022 en cliquant ICI.