DÉTOURNEMENTS

EXPOSITION DE L’ARTISTE MARC DROUIN

Espace Café, du 17 novembre au 22 décembre 2023

(Photo : Marc Drouin)

L’exposition regroupe une dizaine de tableaux, de différents formats, faits de patrons de couture usagés. La fragilité et la couleur du patron de couture de même que les lignes, droites et courbes, souvent doublées et même plus, sont ici des sources d’inspiration. Les pièces des patrons sont détournées de leur fonction initiale pour produire des images inventées à partir de morceaux disparates. Marc Drouin travaille depuis quelques années avec cette matière en voie de disparition pour lui donner une ultime vie.

Le patron de couture comme matériel artistique

Le patron de couture est un papier frêle et abordable qui permet la répétition de modèles de vêtements. Ils sont peu attrayants en soi, leur couleur beige varie peu (il y a rarement des bleus et encore plus rarement des blancs) et ils se présentent en grandes feuilles encombrantes. Habituellement les femmes les conservaient pour des usages ultérieurs, mais très souvent, ils n’ont été utilisés qu’une seule fois.

Apparus au 20e siècle grâce à la mécanisation de l’impression, les patrons de couture disparaissent presque complètement à la fin du même siècle surtout à cause de la production de masse de vêtements et aussi parce que les femmes vont travailler hors de la maison et auront moins de temps à consacrer à ce genre d’activités aujourd’hui très peu valorisées.

Des védutes (Points de vue ou vues)

Le mot veduta en italien désigne un genre pictural basé sur la représentation de paysages urbains qui a été prospère aux Pays-Bas et en Italie au XVIIIe siècle. Les vedutes, souvent des commandes, sont alors sollicitées comme souvenir de voyage par des touristes de plus en plus nombreux.

En français, on parle de vue topographique définie comme une représentation fidèle d’une ville ou d’un site, réalisée d’après nature.

Évidemment Marc Drouin détourne la védute pour présenter des paysages naturels imaginaires*, tout comme le cadre qui n’est plus rectangulaire mais déformé puisqu’il utilise des manches et des poches de patrons de couture comme support.

*Librement inspirés de l’univers du peintre Peter Doig

Démarche artistique

Marc Drouin, en pratiquant le collage depuis quelques années, recycle des années d’aquarelle et de dessin. Il découpe, plie et déchire des vieux papiers, du papier d’atelier recyclé (études et surfaces tachées), des papiers de soie et des patrons de couture. Bref, il invente, expérimente et s’amuse beaucoup et cette activité artistique effervescente, mais surtout sans prétention, lui permet d’explorer la domesticité, l’indiscipline et l’identité.

Travailleur culturel, Marc Drouin a passé sa vie professionnelle à faire le pont entre le public et les artistes comme communicateur et organisateur.

Ayant dessiné et peint à l’aquarelle en amateur pendant des décennies, il a découvert il y a quelques années, en compagnie de l’artiste et professeure Carol Bernier, le collage qui est devenu sa pratique préférée.

Il a exposé son travail à Montréal :

  • À la Galerie 1040 (Mélanges de genres) (2018)
  • Aux Ateliers Carol Bernier (Paysages fracturés) (2019)
  • À la Galerie Erga (Constructions/Déconstructions) (2021)
  • À la Galerie 1040 (La patience des traces) (2022)